Porte d'Asnières, 75017 Paris
06 61 51 21 57
 
Porte d'Asnières, 75017 Paris
 
06 61 51 21 57

Nos besoins, ceux des autres…

Psycho

 

Dans le domaine des relations interpersonnelles, nous sommes tous différents, et chacun de nous à des besoins qui lui sont propres pour s’épanouir, ressentir une forme de protection et de sécurité.
Certains se trouveront bien dans la solitude, d’autres auront besoin de reconnaissance en tant que personne, ou de reconnaissance de leurs opinions ou de leur travail.
Pour d’autres encore, il faudra du monde, être entouré, écouté… ou rien ne vaudra la réponse à des besoins sensoriels, une balade dans la nature ou l’écoute de musique, l’expression artistique ou le défoulement physique pour parvenir à la détente, au bien-être, au plaisir et à la satisfaction.

 

Souvent, les problèmes d’incompréhension avec autrui viennent du fait que nous exprimons la même chose, un besoin de reconnaissance de ce qui est essentiel pour nous-mêmes, mais pas dans la même langue que notre interlocuteur, qui lui a d’autres besoins que les nôtres.
Un exemple : Madame rentre du travail . Monsieur a préparé le repas. Madame est un profil « satisfaction des besoins sensoriels ». Sa réaction : « Mmm, ça sent bon, on peut passer à table ? ». L’odeur du dîner lui a réjoui les papilles, en soi une satisfaction de ses besoins personnels. Monsieur a contrario, est un profil « besoin de reconnaissance du travail ». Il attendait un « Mmm, ça sent bon, tu t’es donné du mal, merci ! ». Sa mine s’allonge. Il y a de fortes chances qu’il soit déçu de ce manque d’intérêt pour sa gestion du repas, et de son respect du timing. Au mieux, il sera peu loquace durant ce dîner, surtout si cette reconnaissance n’est pas exprimée, au pire il boudera, se murera dans le silence, ou provoquera une scène, plus tard, à partir d’un autre déclencheur. Evidemment, Madame n’y comprendra rien.
Autre exemple, le très classique « C’est à cette heure que tu rentres ? » (à destination du conjoint, de son ado…) – Oui, il peut y avoir une part d’inquiétude en cas de retard significatif. Mais le véritable besoin, non-exprimé dans ce qui se dit, c’est : « J’ai envie de passer plus de temps avec toi ». Ce n’est peut-être pas forcément le moment de le dire, mais conscientiser ce qui s’exprime à ce moment-là est important pour la suite… et pour soi.
Vigilance aussi, avec le non-verbal, qui donne beaucoup d’indices : « ça va ? « , réponse « humm…. ». Réponse mi-figue mi-raisin, qui n’exprime pas de besoin et qui justement pour cela, mérite d’être un peu creusée… tout de suite, ou un autre moment, avec doigté.

Avec des proches, en couple ou en famille, avec des amis, il est utile de se donner des signes de reconnaissance de temps en temps. Déjà en ayant fait le point sur ses propres besoins et sur ceux de l’autre. En osant aussi aller demander, exprimer son ressenti, et surtout son attente. De quoi j’ai besoin pour me sentir bien ? De quoi l’autre a-t-il besoin ? Par exemple au lieu de dire :« J’irais bien au cinoche, et toi ? », en ayant déjà une idée du film, dire « J’ai envie d’aller voir le dernier Woody Allen ce soir… » si c’est le seul film qu’on a envie de voir. Car laisser la porte ouverte au choix peut amener des déconvenues si l’autre 1/n’a pas envie d’aller au cinéma
2/ veut bien y aller, mais pour voir le dernier film des frères Dardenne. En assumant son choix d’emblée, on est plus décontracté pour décider si cette fois là, on va y aller ensemble voir le film suggéré, un autre film proposé par l’autre en réservant le Woody Allen pour la semaine suivante, ou si on va aller seul voir le film car l’autre aura envie de faire autre chose.
En exprimant son besoin , on ne se sent pas déçu, dépité, frustré, même si au final on ne va pas au cinéma. En tout cas, bien moins que si on s’était tu.

A oser demander et à savoir entendre l’autre, les autres, il y a tout à gagner : un respect mutuel,une communication facilitée, plus de plaisir à être ensemble. On gagne aussi à être conscient que son intégrité personnelle est respectée, parce qu’on a commencé par la respecter soi-même ; que l’autre est résolument différent et ne sera pas changé, mais que nos échanges avec lui ou elle peuvent évoluer, positivement et durablement.


Articles similaires

Réalisation & référencement Simplébo

Connexion

En poursuivant votre navigation sur ce site, vous acceptez l'installation et l'utilisation de cookies sur votre poste, notamment à des fins d'analyse d'audience, dans le respect de notre politique de protection de votre vie privée.

Skype